Nos tutelles 

 
Bordeaux Montaigne Logo2 CNRSfilaire grand

Notre LabEx 

Nos partenaires

LOGO LASCARBX SITE logoPACEA

 

UMR IRAMAT-CRP2A

Les travaux de nos chercheurs

EN3CLICShalshs

 Logo Ausonius Editions

Les Humanités numériques à ausonius

 LOGO ausoHNum

PATRIMONIVM

 

PATRIMONUIM Bandeau
  

The ERC project PATRIMONIVM

Geography and economy of the imperial properties in the Roman world (from Augustus to Diocletian).

    The research project PATRIMONIVM, funded by the ERC for the period 2017-2022, aims at conducting the first comprehensive and multidisciplinary study of the political, social and economic role of the properties of the Roman emperors from Octavian/Augustus to Diocletian (44 BC – AD 284) using a complete documentary base for the entire Roman world.

    Imperial properties were extended throughout the empire and included residences, cultivated land, pastureland, woods, mines, quarries, luxury items and slaves. This immense richness was a key element for the maintenance of the position of supreme power, since the emperor could use it carry out all sort of public expenditure and to confer benefactions to individuals and communities. Moreover, large imperial possessions (vast landed estates, quarries) had relevant local economic repercussions. Since their owner was both the head of the empire and a global economic player, we can trace a tendency to trans-regional uniformity in the patterns of exploitation and a positive effect on the economic and, in a certain way, cultural integration of peripheral areas. No systematic survey of all the available documentation has been produced since the beginning of the 20th century and many questions about the acquisition and use of the properties remain unanswered.

    The project aims at filling this gap creating a powerful online relational database of all relevant epigraphic and papyrological sources and literary testimonia; every record will be georeferenced and related to separate databases of all known persons (administrators, peasants etc.), regions and bibliographic references. Regional overviews of archaeological sources will complete the picture. The database will implement numerous XML standards, like EpiDoc for visualizing textual sources or Snap for managing prosopographical data, in order to achieve an unprecedented degree of interoperability with other repositories.

    A multidisciplinary and comparative study, developed through the project’s rich scientific activity (workshops, seminars, conferences), will allow to understand the role of the properties as a structuring factor of Roman economy and as a vector of human mobility and socio-cultural transformation. Specialists from different research fields will collaborate to the scientific programme and help explore the numerous roles the imperial properties had in the Roman world. Innovative hypotheses on – among others – imperial investment strategies and the economic role of the emperor’s freedmen will be tested. A series of five books, among which an authoritative history of the imperial properties, will disseminate the project’s results.

    Under the supervision of Dr. Alberto Dalla Rosa, principal investigator of the project, a research team consisting of a web developer and eight postdoctoral fellows will work on the creation of the database and on collecting and interpreting the sources.

     We will be opening opening the first positions soon, so do not hesitate to visit this page regularly!

 

 

Géographie et économie du patrimoine impérial dans le monde romain (d’Auguste à Dioclétien)

Le projet PATRIMONIVM, financé par l’ERC pour la période 2017-2022, se propose de réaliser la première étude globale et multidisciplinaire du rôle politique, social et économique des propriétés des empereurs romains de Octavien/Auguste à Dioclétien (44 av. – 284 ap. J.-C.) à partir d’une base documentaire complète pour la totalité du monde romain.

Les propriétés impériales étaient diffusées dans tout l’empire et comprenaient résidences, domaines fonciers, pâturages, bois, mines, carrières, objets de luxe et esclaves. Cette immense richesse jouait un rôle fondamental en soutien du pouvoir politique du prince, car elle pouvait être utilisée pour effectuer toute sorte de dépense publique et pour récompenser la loyauté d’un individu ou d’une communauté civique en particulier. Dans certaines circonstances (présence de vastes domaines fonciers ou de grands sites d’extraction), le propriétés du prince généraient des retombées économiques remarquables au niveau local ; d’ailleurs, comme le prince était à la fois le chef de l’état et un acteur économique global, il est possible de reconnaître une certaine uniformité dans les modalités d’exploitation et des conséquences sur l’intégration économique et culturelle des différentes régions de l’empire, même les plus périphériques. Aucun recueil systématique de toute la documentation disponible n’à été produit après le début du XXème siècle et par conséquent beaucoup de questions sur l’acquisition et l’utilisation des propriétés restent sans réponse.

Le projet a pour ambition de combler ce vide avec la mise en place d’une grande base documentaire en ligne regroupant toutes les sources épigraphiques et papyrologiques pertinentes et les témoignages littéraires ; les données documentaires seront géolocalisées et mises en relation avec d’autres tableaux consacrés respectivement aux personnes liées aux propriétés (administrateurs, paysans etc.), à la géographie historique des régions patrimoniales et aux références bibliographiques. Ce cadre sera complété par un aperçu des sources archéologiques pertinentes pour chaque région. La base de données mettra en œuvre de nombreux standards XML, notamment EpiDoc pour la visualisation des textes et Snap pour le traitement des données prosopographiques, afin de garantir un excellent niveau d’interopérabilité avec d’autres bases de données numériques.

Dans le cadre des diverses manifestations scientifiques prévues (séminaires, ateliers, colloques), une série d’études multidisciplinaires et comparatives nous permettra de comprendre le rôle du patrimoine impérial en tant que facteur structurant de l’économie romaine et en tant qu’élément déterminant dans les processus d’intégration socio-culturelle de l’empire. Des spécialistes de domaines de recherche différents collaboreront au programme scientifique et contribueront à éclairer les divers rôles joués par le patrimoine impérial dans le monde romain. Le projet a aussi le but de tester – parmi d’autres – des nouvelles approches aux stratégies d’investissement du prince et au rôle économique des affranchis impériaux. Cinq volumes, dont notamment une histoire des propriétés impériales sous le Haut-Empire, seront publiés dans le cadre du projet et permettront de diffuser à niveau international les résultats de PATRIMONIVM.

Une équipe de recherche composé d’un développeur web et d’huit chercheurs postdoctoraux travaillera sous la direction d’Alberto Dalla Rosa, coordinateur du projet, à la création de la base de données et au recueil et à l’interprétation du materiel documentaire.

Nous allons bientôt publier les premiers postes, donc n’hésitez pas à visiter cette page avec régularité !