Nos tutelles 

 
Bordeaux Montaigne Logo2 CNRSfilaire grand

Notre LabEx 

Nos partenaires

LOGO LASCARBX SITE LOGO IRAMAT CRP2AlogoPACEA

Les travaux de nos chercheurs

EN3CLICShalshs

 Logo Ausonius Editions

Les Humanités numériques à ausonius

 LOGO ausoHNum

Institut Ausonius
Maison de l'archéologie
8, esplanade des Antilles
33607 Pessac

05 57 12 46 51

 plan acces Ausonius

Portraits de fondateurs

ausonius origines trajectoires
universite recherche
contexte national contexte local
centres recherche
pierre paris charles higounet georges radet
portraits
donnees supports recherche

  


Charles Higounet

 

 

Photo Ch.Higounet 1

 
  CHARLES HIGOUNET  

  • Grands traits pour un portrait

Originaire de Toulouse, Charles Higounet (1911-1988) est un historien spécialisé dans l'étude du Moyen Âge et dans les sciences auxiliaires à l'Histoire. Titulaire d'une chaire de cette dernière discipline, il ne cesse de souligner l'intérêt des apports des autres sciences à l'Histoire. Il s'intéresse en particulier à la cartographie et à la géographie historique. Il est en outre reconnu comme étant un partisan de l'histoire globale.

D'un caractère posé, sa rigueur scientifique est l'un de ses traits principaux. Durant sa carrière, il œuvre en faveur du développement de méthodes de recherche interdisciplinaires. Dans cet esprit, de nombreux projets fédérant des chercheurs de plusieurs disciplines sur un seul et même objet sont élaborés.

La fondation du CROS, en partenariat avec Henri Enjalbert (professeur de géographie), Robert Étienne (professeur d'histoire romaine) et Roland Blondin (maître de conférences de grammaire et histoire de la langue), répond à cet objectif. Cette direction en équipe atteste en outre de son ambition : en faire un cadre de recherche interdisciplinaire. Le centre a également vocation à produire des outils qui serviront d'appui dans des contextes multiples. Charles Higounet tient à ce que le CROS fournisse des supports complets et de qualité à la recherche et aux décisions politiques territoriales (atlas historiques des villes de France, plans d'occupation des sols historiques et archéologiques d'Aquitaine...).

      Si Charles Higounet m’était conté… : Pierre Toubert, « L’oeuvre historique de Charles Higounet (1911-1988) » in Journal des savants, Vol. 1 Num. 1, 1993, pp. 135-146
       
                  « un désintéressement qui était un des traits de son caractère "
 
« Je garde le plus vif souvenir de la probité de ses rapports, de la pertinence souvent vivace de ses interventions, de la fermeté avec laquelle il savait défendre un dossier méritoire ou, au contraire, dire ce qu’il pensait, sans méchanceté mais aussi sans lâcheté, d'un travail médiocre ou d’un esbrouffeur. » 
(À propos de ses participations au Comité consultatif des Universités et au Comité national du CNRS.)
 
« J’omets volontairement de faire état des distinctions françaises et étrangères dont il fut honoré. Rien en effet ne me paraîtrait plus injuste que d’aboutir, par l’effet de telles énumérations, à suggérer l’image d’un Charles Higounet « prince d’Aquitaine » ou, pour dire les choses autrement, grand mandarin universitaire. Rien ne serait, à mon sens, plus loin de la vérité. Charles Higounet n’a pas eu l’orgueil de refuser les honneurs. Il n’a pas eu non plus la faiblesse de fuir les responsabilités. Mais il n’a pas particulièrement recherché ni les uns ni les autres. Il les a acceptés sans façon, quand ils venaient et tels qu’ils venaient. Grand travailleur, doté d’un talent de l’organisation sans égal, c’était avant tout un homme d’impulsion pour qui un engagement soutenu dans la recherche personnelle impliquait un égal engagement à susciter, à coordonner et à faire avancer la recherche des autres. » 
 
« Du côté du caractère : son goût pour le travail, son refus de la morosité et de l’inaction. Du côté de l’intellect : son désir de ne pas séparer l’histoire et la géographie, avec cette certitude fondamentale que l’occupation du sol est le plus bel objet qu’il soit donné à l’historien de déchiffrer ; sa certitude que les cartes et les plans sont le plus efficace instrument de compréhension des paysages et des formes de peuplement ; sa volonté de ne jamais séparer l’analyse des formes de l’habitat ni le fait urbain des structures rurales environnantes ; la nécessité, enfin, de mener de pair l’étude des textes, des documents figurés et l’expérience irremplaçable que confère la connaissance physique et personnelle du terrain et des terroirs. » 
 
« De même que le peintre Ingres aimait à dire à ses élèves que le dessin est la probité de la peinture, Higounet nous a constamment soutenu dans l’idée que l’érudition était la probité de l’Histoire. » 
 
« Il n’a jamais revendiqué aucun certificat d’appartenance à aucune école historique particulière. Il avait trop de culture historiographique, je pense, pour ne pas saisir tout ce que ces étiquettes ont de dérisoire. » 
 
« Charles Higounet nous a laissé l’exemple et le goût du travail bien fait, chaque jour et jusqu’au bout. » 
 

 

Robert Etienne

 

 

 

Robert Etienne2

 
  ROBERT ETIENNE   

 

  • Grands traits pour un portrait

Originaire de Mérignac, Robert Étienne (1921-2009) est un historien spécialisé dans l'étude de l'Antiquité romaine. Les recherches qu'il mène reposent en grande partie sur un travail de terrain de nature à la fois archéologique, épigraphique et céramologique. Le caractère particulièrement dispersé des sources qu'il consulte l'engage à faire de la constitution de fonds documentaires une priorité.

D'un caractère vif, il est reconnu pour sa capacité à saisir les idées d'avenir. Il est ainsi l'un des premiers à s'être engagé dans l'étude des amphores ou à prôner un traitement informatique des données. Convaincu par les avantages du travail d'équipe, il multiplie les partenariats et encourage l'inventaire collaboratif des sources.

La fondation du Centre Pierre Paris entend être le cadre de ce développement scientifique et méthodologique. Robert Étienne se montre particulièrement attentif dans l'entretien des relations avec les infrastructures partenaires. Il ne cesse de veiller à ce que le Centre Pierre Paris ait des moyens et une visibilité à la hauteur de ce qu'il entreprend. Dans la même visée, il entend faire de la bibliothèque et du fonds documentaire de cette unité des références internationales.

      Si Robert Etienne m’était conté… : allocutions prononcées lors de la remise de l’épée d’académicien au Grand Théâtre de Bordeaux le 20 avril 2000
     
      « J’étais frappé déjà de son dynamisme, de son appétit de savoir, de sa générosité de coeur »
(Pierre Levêque, à propos de leurs années de classes préparatoires) 
     
      « Robert n’est pas un savant de cabinet » 
(Pierre Levêque)
     
      « Vous étiez, vous êtes ce qu’on peut appeler un homme de caractère, de critique et d’encouragement, et si l’on veut bien reconnaître la qualité d’un homme au nombre de ses amis mais aussi de ses ennemis, vous êtes des deux côtés richement doté, n’ayant pas davantage peur de ceux-ci que de réticence à s’ouvrir à ceux-là. » 
(Raymond Descat)
     
      « Vous célébrez la douceur de vivre en Aquitaine comme l’a fait Ausone chez qui vous retrouvez aussi le goût de l’art d’écrire, le plaisir de la conversation, l’attachement aux lettres et aux arts, bref une forme d’humanisme, et une philosophie politique fondée sur la modération dans l’exercice du pouvoir. »
 (Alain Juppé)
     
      Robert Etienne par lui-même : « jamais je n’ai supporté de me laisser enfermer dans un ghetto unique de la recherche. Là encore, j’affirme hautement la liberté du créateur. C’est dire que la recherche m’a apporté beaucoup de bonheur, mais ma vie aurait été mutilée si je n’avais pas été un enseignant heureux. »