Nos tutelles 

 
Bordeaux Montaigne Logo2 CNRSfilaire grand

Notre LabEx 

Nos partenaires

LOGO LASCARBX SITE LOGO IRAMAT CRP2AlogoPACEA

Les travaux de nos chercheurs

EN3CLICShalshs

 Logo Ausonius Editions

Les Humanités numériques à ausonius

 LOGO ausoHNum

Institut Ausonius
Maison de l'archéologie
8, esplanade des Antilles
33607 Pessac

05 57 12 46 51

 plan acces Ausonius

Fouille programmée de la Nécropole de Saint-Martin de Bruch (47)

 

 

Responsable : Isabelle Cartron, PR histoire et archéologie médiévales
Financement : Ministère de la Culture (SRA Aquitaine) (demande annuelle depuis 2011), Conseil général du Lot-et-Garonne (demande annuelle depuis 2012), Communauté des communes du Val d'Albret (aide logistique).

 

Découvert dans les années 1960, le site de Saint-Martin de Bruch présente une occupation longue, de l'Antiquité à l'époque moderne. Ayant d'abord fait l'objet d'un diagnostic Inrap en 2005, une fouille programmée a débuté sur le site en 2011. A l'issue de la troisième campagne (juillet 2013), 250 m2 ont pu être explorés révélant une occupation allant de l'Antiquité à la fin du haut Moyen Age. Un ensemble de bâtiments datant de la fin de l'Antiquité a été mis au jour et semble appartenir à une villa tardive, largement étendue sur l'ensemble des parcelles. La villa a ensuite été réoccupée dans ce secteur et réaménagée pour servir à abriter une nécropole. Un espace rectangulaire a été transformé en enclos funéraire : une quarantaine de sépultures ont été découvertes, en majorité des sarcophages, bien conservés. L'activité de la nécropole s'inscrit entre le VIe et le IXe siècle (?); elle est associée à des structures domestiques ponctuelles. L'opération est menée en étroite collaboration avec Dominique Castex (PACEA A3P, UMR 5199), archéoanthropologue, et sert de "chantier-école" pour les universités de Bordeaux et de Bordeaux-Montaigne (une présentation filmée de l'opération est visible sur le site du Labex LAsCarBx). Cette optique interdisciplinaire invite à s'intéresser plus particulièrement aux pratiques funéraires et à la population inhumée à Saint-Martin. Les demandes pour participer au chantier s'effectuent en mars chaque année (un CV et une lettre de motivation doivent être envoyées au responsable de l'opération).